Image livre
Plus d'infosPanier
1. - Introduction, traduction et notes / René-Claude Bondoux Jean-Pierre Grélois Théodose Le Diacre La prise de la Crète (960-961)
Prix (après réduction) : 19 €

Théodose, dont nous ne savons rien sinon qu’il était diacre à Constantinople dans les années soixante du Xe siècle, a fait œuvre de poète de cour en composant cette Prise de la Crète en cinq chants. Son sujet, bien documenté, est la campagne victorieuse menée en vue de replacer la grande île sous l’autorité de l’Empire, qui se disait et se savait romain, et que nous appelons byzantin. L’auteur y chante en dodécasyllabes les hauts faits du général en chef, Nicéphore Phôkas, avec pour but explicite d’en attribuer la gloire à Romain II, l’empereur héritier de la dynastie macédonienne (959-963). La mort prématurée de ce dernier fit que Théodose dédia son poème au vainqueur et futur empereur.
Parfait représentant de l’humanisme lettré de son temps, l’auteur multiplie les emprunts à la grande littérature grecque, d’Homère à Georges de Pisidie. Mais pour assumées qu’elles soient les références n’excluent pas pour autant l’irrévérence, souvent utile pour ranimer l’attention d’auditeurs qui partagent la même culture. Si certains byzantinistes ont pu taxer de mauvais goût tel ou tel passage du poème, nous préférons y voir la maîtrise de l’humour, de l’ironie, et pourquoi pas du baroque macabre.

ISBN : 978-2-916716-61-9


Image livre
Plus d'infosPanier
4- La Gaule chrétien. - sous la direction de Luce PIETRI et Marc HEIJMANS / avec les contributions de Philippe Bernard, Carles Buencasa-Perez, Janine Desmulliez, Vivien Essoussi, Christiane Fraisse-Coué, Bernard Merdrgnac, Françoise Prévot Prosopographie chrétienne du Bas-Empire 4- La Gaule chrétienne (314-614)
Prix (après réduction) : 342 €

Consacré à la Gaule, cet ouvrage vient prendre rang dans la publication de la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire (PCBE) fondée par Henri-Irénée Marrou et Jean-Rémy Palanque et dont le premier volume, l’Afrique (303-533), procuré par André Mandouze en 1982, a été suivi des deux tomes de l’Italie (313- 604) en 1999- 2000, sous la direction de Charles Pietri et de Luce Pietri, puis d’un troisième livre consacré par Sylvain Destephen au Diocèse d’Asie (325-641).

ISBN : 978-2-916716-44-2


Image livre
Plus d'infosPanier
Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. - Sylvain DESTEPHEN Prosopographie chrétienne du Bas-Empire 3: Diocèse d’Asie (325-641)
Prix (après réduction) : 171 €

Cet ouvrage regroupe en 1402 notices individuelles tous les clercs, moines, moniales et ascètes connus d’après l’ensemble des sources disponibles (littéraires, narratives, hagiographiques, conciliaires, juridiques, épigraphiques, etc.) et actifs entre le début du ive siècle et le milieu du viie siècle dans le diocèse civil d’Asie. Cette circonscription rassemble onze provinces continentales occupant la moitié occidentale de l’Asie Mineure et une province insulaire formée du Dodécanèse et d’une partie des Cyclades. Le répertoire prosopographique est introduit par une présentation des principales sources et résumé sous la forme de fastes épiscopaux et d’un recensement de tous les évêchés attestés.

ISBN : 978-2-916716-12-1


Image livre
Plus d'infosPanier
5. - Fedir Androshchuk (Фёдор Андрощук) IMAGES OF POWER Byzantium and Nordic Coinage c. 995–1035
Prix (après réduction) : 47.5 €

There is a well-known aphorism that states: ‘Imitation is the sincerest [form] of attery’. Of course, this might be true, but adoration, admiration, idolatry and envy are just some of the other traditional reasons for copycat behaviour. Surrounding cultures regarded Byzantium as a successor of the Roman Empire as well as an economic, social and cultural capital. This is supported by archaeological evidence in the form of Byzantine gold coins, amethyst beads, silk and jewellery dating from the sixth to eighth centuries AD. Most of this material derives from two areas: Middle Sweden and Gotland. Many objects are from richly furnished graves, the burials of individuals who enjoyed a distinctive, high-status social position in society. Clearly the Empire had been viewed as an exemplary aristocratic centre and was worthy of imitation by local Scandinavian elites. In the eleventh and twelfth centuries both original Byzantine objects and their copies circulated in Scandinavia. The copies included some types of glass beads, crosses, vessels and circular pendants as well as coins.
The idea of reproducing a certain Byzantine prototype could have emerged both while visiting the Byzantine Empire and after returning home. It may also have occurred to individuals who had never been to Byzantium but had adopted a certain oral narrative or received visual information from a native or perhaps a visitor to Greece. The role of intermediaries should not be underestimated, and needs to be investigated. These were the translators of Byzantine culture who helped to explain the social world of the centre for those on the periphery in a comprehensible language of symbols. Such translators included single individuals of Scandinavian origin living among the Greeks and local Scandinavian interpreters of available Byzantine prototypes.
It is possible to distinguish two main kinds of imitations. The rst comprises direct imitations, i.e. copies of the original with smaller deviations such as slightly misunderstood decorative details and/or inscription. We may suppose that the producer of a direct imitation was aware of both the function of the object and a customer’s cultural background. It is also possible that the maker understood the language of symbols and the place of the imitation manufactured in the hierarchy of surrounding objects. The second category is characterized by derivative imitations – objects that correspond only partly to prototypes. Sometimes they combine traits of quite di erent prototypes. In this case, the producer is unlikely to have understood the original meaning of the copied artefact, and in e ect actually created a completely new object, strange and possibly even unrecognizable in the context of its prototype. Here we come to a central question, the crux of this study: how should an imitation be interpreted in the milieu of its prototype? Could it be considered an original?
In Byzantium the discussion about the relationship between an orig- inal and a copy has developed within theological disputes on the vener- ation of holy images. St John Damascene de ned this issue in the fol- lowing way:
First, what is an image? An image is a likeness, an exemplar or a gure of something, such as to show in itself the subject represented. Surely, the image is not in all respects similar to its prototype, i.e., its subject; for the image is one thing and the subject another, and there is necessarily a difference between them...
Thus, it seems that a copy, or likeness, is not an original or a prototype. The Byzantines seem to have been aware of this di erence, but what was their view on visual messages transmitted by an imitated object? The observations of St Theodore the Studite are revealing in this re- spect:
Every arti cial image is a likeness of that whereof it is the image, and it exhibits in itself, by way of imitation, the form of its model, as expressed by Dyonysius, learned in divine things: the truth in the likeness, the model in the image, the one in the other, except for the differences of substance. Hence, he who revers an image surely revers the person whom the image shows; not the substance of the image, but him who is delineated in it. Nor does the singleness of his veneration separate the model from the image, since, by virtue of imitation, the image and the model are one...Or take the example of a signet ring engraved with the imperial image, and let it be impressed upon wax, pitch and clay. The impression is one and the same in the several materials which, however, are different with respect to each other; yet it would not have remained identical unless it were entirely unconnected with the materials...7
Judging from this explanation there is no di erence between prototype and imitation for an iconophile. That means that all direct imitations might be viewed by the Greeks and other Orthodox Christians as Byz- antine objects. In such a way visual messages transmitted by imitations become crucial criteria for their acknowledgment and acceptance. If the visual messages were executed in a proper and correct way, they should be considered and understood by the receiver as original information.
Where coins are concerned, however, how can we draw the line be- tween imitation and forgery? Indeed, within the borders of a given country imitations of low quality can be considered forgeries or local issues of coinage. Very few examples of imitations of coins have been traced within the territory of Byzantium. Those that are known are lim- ited to crude-styled imitations of gold coins struck in southern Italy and Sicily in the ninth century as well as copper folles minted in Asia Minor and Syria in the eleventh and twelfth centuries.


ISBN : 978-2-916716-60-2


Image livre
Plus d'infosPanier
4. - Nikolas Alekseyenko L'Administration Byzantine de Cherson
Prix (après réduction) : 47.5 €

Le caractère fragmentaire des données textuelles, toujours rares en ce qui concerne les centres périphériques de l’Empire byzantin, rend indispensable l’utilisation approfondie des données archéologiques. Les vestiges de Cherson, peu reconstruits ultérieurement et accessibles dans leur ensemble pour une étude archéologique, apportent une documentation d’une richesse exceptionnelle, notamment dans le domaine de la sigillographie. Cherson est, en effet, l’une des rares villes (avec Sougdea ou Preslav) où ce type de source est abondamment représenté.
Ce travail présente en tout 410 sceaux, dans leur grande majorité trouvés à Cherson, mais aussi dispersés dans les grandes collections du monde : de Russie, de Bulgarie, de Roumanie, de France, de Grèce, de Grande-Bretagne et des États-Unis. Il faut y ajouter ceux de quelques collections privées qui se constituent encore aujourd’hui, surtout en Ukraine. On trouve aussi parfois des sceaux venant clairement de Cherson dans les ventes aux enchères sur Internet.
Les sceaux se répartissent en grands lots : 128 sceaux d’archontes, 137 de stratèges, 74 plombs de commerciaires, auxquels il faut ajouter six sceaux d’un ek prosôpou, deux de notaires et cinq de kyroi. L’Église est représentée par deux d’évêques et douze d’archevêques, tandis que les fonctionnaires locaux comportent trois sceaux de pateres poleôs, quatre d’ekdikoi et 13 sceaux de prôteuontes. Le matériel est présenté selon les fonctions exercées et les fonctionnaires de chaque catégorie se présentent dans l’ordre chronologique (VIIIe-XIe siècle).

ISBN : 978-2-916716-36-7


Image livre
Plus d'infosPanier
3. - Фёдор Андрощук Владимир Зоценко / Fedir Androshchuk Volodymyr Zotsenko Скандинавские древности Южной Руси / Scandinavian Antiquities of Southern Rus’
Prix (après réduction) : 47.5 €

The present catalogue describes over 300 artifacts of Scandinavian origin found in the territory of modern-day Ukraine, provides a distribution map and indicates for each item the circumstances of its discovery citing all the documentation available. Many artifacts are published here for the first time. The criteria for the selection of artifacts and the debates regarding their interpretation are described in the Introduction. The material itself is presented in five regional chapters and includes finds originating in rural and urban settlements, burials and hoards, as well as stray finds. Two appendixes present in detail the Scandinavian antiquities from the recent excavations of Shestovytsya burials and settlement. The catalogue is fully illustrated, partly in color. All figure captions are translated in English, as well as the indexes, which terminate the volume.

ISBN : 978-2-916716-29-9


Image livre
Plus d'infosPanier
2. - ed. Constantin ZUCKERMAN БОРИСО-ГЛЕБСКИЙ СБОРНИК / COLLECTANEA BORISOGLEBICA
Prix (après réduction) : 38 €

Борисоглебская проблематика постоянно привлекает за последние годы и месяцы интерес и специалистов, и не, и публикации по ней многочисленны, зачастую очень полезны. «Борисо‐глебский сборник / Collectanea Borisoglebica» займет свое место в ряду этих публикаций, надеясь на внимание читателя, надеясь в свою очередь принести ему пользу. Цель его, мне кажется, четче выражает латинский элемент названия, collectanea, чем избитое слово сборник: она состоит, в первую очередь, именно в собирании материалов, освещающих становление и развитие культа св. Бориса и Глеба. Подобные предприятия затевались неоднократно, но всякий раз силами одного исследователя, а их, как показали последние такого рода подборки, уже явно недостаточно.
Собирание материала неотделимо от его критического осмысления, и это касается как традиции художественной, воплощенной в разных изобразительных жанрах, так и традиции агиографической, находящей выражение не только в произведениях специфически житийных, но также, например, и в летописи. Обе эти традиции освещаются в сборнике примерно в равной степени. Однако было бы неверно представить его как некую коллективную монографию, объединенную общим планом и общими методологическими посылками. Ведь планомерность охвата материала – лишь мечта редактора, а единство метода – преданье старины глубокой. Каждый автор выбирает свой материал и разбирает его по-своему, и все же собранные вместе работы обнаруживают некое единство, которое я открываю эмпирически как первый их читатель. Их объединяет сугубо источниковедческий подход, который порождает общий интерес к вопросам источников изучаемой традиции и хронологии ее сложения, к ее стратиграфии – ведь этот археологический термин равно приложим и к чередованию иконописных стилей и образцов, и к постепенному нарастанию слоев летописных сводов.
Однако, чем расписывать сборник в общих чертах, что гораздо лучше сделают рецензенты, и чем описывать содержание статей, которые каждый прочтет и сам, я хотел бы задержаться на нескольких деталях, которые привлекли мое внимание как читателя. Хочу надеяться, что начатый в этом вступлении диалог с авторами продолжат последующие читатели сборника.

ISBN : 978-2-916716-20-6


Image livre
Plus d'infosPanier
1. - Alexander AIBADIN, Hlib IVAKIN, éd., introduction par Ihor SEVCENKO Kiev-Cherson-Constantinople Ukrainian Papers at the XXth International Congress of Byzantine Studies (Paris, 19-25 august 2001)
Prix (après réduction) : 38 €

Pour la première fois, cet ouvrage rassemble en français et en anglais les résultats des recherches des byzantinistes ukrainiens, généralement publiés en ukrainien. L’étude des sources écrites, numismatiques et sigillographiques, de diverses trouvailles archéologiques et d’importants monuments religieux des XI-XII ͤ siècles permet d’élargir et de préciser notre vision de l’histoire événementielle, de la culture matérielle et intellectuelle, des contacts politiques et des phénomènes religieux dans le monde byzantin auquel appartenaient la Crimée et la Rus’ de Kiev.

ISBN : 978-2-916716-13-8


Image livre
Plus d'infosPanier
. - Edda VARDANYAN Reflets d’Arménie manuscrits et art religieux / Reflections of Armenia manuscripts and religious art
Prix (après réduction) : 27.55 €

Sous le très beau titre d’« Arménie mon amie », au cours de l’année 2007, année de l’Arménie en France, de nombreux événe­ments ont fait connaître, à Paris et dans plusieurs villes, la richesse de la culture et de la civilisation arméniennes.
Musée phare du pays de la baie du Mont-Saint-Michel, le Scriptorial d’Avranches organise, depuis son ouverture en août 2006, des expositions temporaires, le plus souvent ouvertes au dia­logue et aux échanges in­ter­cul­tu­rels autour de ses thèmes de prédilection : l’écrit, la cal­li­gra­phie, l’es­thé­tique du livre, l’art sacré.
Fruit de rencontres heureuses et inattendues, voici « Reflets d’Arménie : manuscrits et art religieux ». Avec une cinquantaine de pièces, l’exposition paraît bien modeste au regard de l’im­mense patrimoine artistique arménien dispersé dans plusieurs pays du monde. Mais, elle souhaite d’abord mettre en lumière, grâce au travail scientifique d’Edda Vardanyan, commissaire de l’exposition, les collections d’art sacré du Musée arménien de France (Paris), témoins émou­vants de l’attachement de la diaspora arménienne en France à sa culture. Ces pièces, objets et orfèvrerie religieuse, manuscrits sur parchemin et papier, fragments, phylactères et lettres pastorales, ainsi que de nombreux autres trésors du Musée font partie de la fondation Nourhan Fringhian, placée sous la responsabilité de Frédéric Fringhian.
Le livre manuscrit occupe une place prépondérante dans l’exposition. La Bibliothèque na­tio­nale de France lui apporte son concours précieux : le prêt de 8 manuscrits provenant de son fonds de manuscrits arméniens permet de refléter la variété des Évangiles et des livres li­tur­giques, la diversité des écoles et des styles d’enluminure. Et c’est Annie Vernay-Nouri, conservateur en chef au service Orient du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, qui en assure la présentation.
Les reflets s’apparentent à des jeux, et parfois à des combats d’ombres et de lumières. Ainsi, à côté des manuscrits survivants de la bibliothèque médiévale, le Scriptorial présente quelques trop rares pièces d’orfèvrerie provenant de l’abbaye du Mont-Saint-Michel qui ont échappé à la fonte révolutionnaire. Comment alors ne pas évoquer les jours sombres du monastère, « le crapaud dans le reliquaire », décrié avec colère par Victor Hugo ? Le patriarche des Arméniens à Constantinople, Avendik, enlevé odieusement à Chio sur ordre de Louis XIV, « le Roi Soleil », pour avoir contrecarré sa politique orientale, a été incarcéré pendant 3 ans, de 1706 à 1709, au Mont-Saint-Michel, la Bastille des mers. Il y était enfermé dans la Tour Perrine, privé de plume, d’encre et de papier, un crime envers le prélat d’un peuple si attaché à l’écrit.
L’alphabet, l’écriture, la religion et l’Église forgent de façon spécifique l’identité arménienne.
Mais, tentons d’établir des parallèles en nous appuyant sur les propos du professeur Jean-Pierre Mahé, spécialiste de l’Arménie. Les Arméniens appellent le christianisme louïs havat, c’est-à-dire « foi lumineuse ». Aujourd’hui, la statue dorée de l’archange saint Michel, archange de Lumière, domine le Mont. Grégoire, le saint le plus célébré en Arménie pour l’avoir conver­tie au christianisme, porte le nom d’Illuminateur. Il a vaincu les serpents tandis que l’archange saint Michel a terrassé le dragon. Les artistes arméniens ont une forte attirance pour les symboles.
À l’époque romane, les moines artistes du Mont-Saint-Michel, vers le milieu du xie siècle, ont peuplé les lettrines qui décorent les manuscrits enluminés d’aigles, de lions, de dragons, d’animaux réels ou fantastiques bien souvent considérés comme symboles de la lutte universelle du bien et du mal. L’esthétique du livre sacré, élaboré dans les scriptoria des monastères des hautes montagnes d’Arménie, dans les ferventes communautés de la diaspora arménienne, ou par les bénédictins sur le mont Tombe (le nom ancien du Mont) présente de nombreux points de convergence : discrétion, respect de l’Écriture, compositions où prédomine le décor graphique…
Enfin, la plupart des œuvres arméniennes portent les marques de leur commanditaire, voire de leur donateur. Les colophons des manuscrits arméniens, véritables « mémoriaux » recèlent non seulement leur histoire, mais ils nous renseignent aussi sur les conditions de leur trans­mis­sion, voire de leur survie. Préoccupés par la survivance de leur Memoria, les moines du Mont- Saint-Michel n’ont cessé, eux aussi avec la même ferveur, de transcrire sur parchemin jusqu’à la fin du Moyen Âge leurs récits de fondation.

Jean-Luc Leservoisier
Conservateur du Fonds Ancien
Service des musées et du patrimoine, Avranches
ISBN : 978-2-916716-33-6


Image livre
Plus d'infosPanier
. - Jean-Bernard de Vaivre Monuments médiévaux de Chypre : Photographies de la mission de Camille Enlart en 1896
Prix (après réduction) : 34.2 €

Ce livre est le résultat de recherches commencées il y a près de quarante ans sur Chypre. Rassemblant des éléments sur les États francs de Terre sainte et notamment sur l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Méditerranée orientale, j’étais alors en relation avec Wipertus Rudt de Collenberg, bien connu pour ses travaux sur l’Orient latin. Il avait mené une exploration en Chypre dans cette perspective et collecté des données sur les témoignages héraldiques de la période médiévale subsistant sur l’île, mais désespérait de pouvoir les publier. Je lui ai alors proposé d’accueillir son étude dans les Cahiers d’héraldique que je dirigeais à l’Institut de recherche et d’histoire des textes. La mise au point du texte et de l’iconographie m’obligea à me lancer dans une étude plus approfondie des monuments chypriotes et, après la publication du texte de Collenberg en 1977, je poursuivis la quête de documents sur les Lusignans, auxquels mon maître Jean Richard consacrait depuis des décennies des études de fond qui ont profondément renouvelé le sujet.

ISBN : 978-2-916716-39-8



Administration